Fiche Technique : La Culture du Pois Cajan au Cameroun

Le pois cajan ou pois d’Angole de son nom scientifique Cajanus cajan (L) Millsp est une plante arbustive, semi-pérenne appartenant à la famille des Fabaceae et pouvant atteindre jusqu’à 4m de hauteur. Elle est originaire de l’Inde qui en est aussi le premier producteur mondial avec plus de 2.5 MT/ sur 3.4 million d’ha (FAO 1999-2003) pendant qu’en Afrique les modèles en la matière sont : le Kenya, Ouganda, Malawi, Mozambique et Tanzanie ; sa culture faisant déjà l’objet de plusieurs convoitises par beaucoup de pays qui trouve en elle plusieurs solutions à certains problèmes agronomiques. Sa composition chimique pour 100g de graines étant la suivante :
  • Protéines 22 g
  • Lipides 2 g
  • Glucides 57 g
  • Énergie 328 Kcal

Champs de pois cajan en pleine période de floraison


Il est consommé comme pois vert, pois sec, farine infantile et pois sec concassé. C'est une grande source de protéine à faible coût de production. Dans cet article, voici pour vous une fiche technique qui vous montre comment réussir dans la culture du Pois Cajan.


2. CONDITIONS FAVORABLE


  • Sol : Il tolère une large gamme de sols (mais préférant des sols sablo-argileux a argilo-sableux) et s’adapte aussi très bien aux sols pauvres et dégradés, mais nécessite qu’ils soient bien drainés, un pH compris entre 5 et 7 est optimum. La fixation d’azote est maximale à un pH neutre et réagi bien à l’apport de fertilisation organique. 
  • Luminosité et Température : Le pois cajan est une plante de jours courts ne supportant pas le gel malgré une tolérance aux températures bases avec un optimum de croissance situé à 24°C. il convient de noter que ses deux paramètres influencent la croissance et la floraison de ce dernier.
  • Pluviométrie : si le Pois cajan résiste bien à la sècheresse son rendement pendant cette période est ce pendant réduit. Ainsi pour assurer une bonne productivité de celui-ci l’on aura besoin de pluies allant de 1000 mm/an à 2500 mm/an. Il réagit favorablement à une irrigation (facultative) pendant les périodes sèches ce qui augmentera significativement ses rendements. 
  • Altitude : Bien qu’il se cultive à des altitudes variées un meilleur développement de la plante se fera entre 700 et 1200 m.

3. LES DIFFÉRENTES VARIÉTÉS


Plusieurs variétés ayant des développements variés en fonction des zones écologiques ont été répertoriées par l’ICRISAT (International Crops Reseach Institute for the Semi-arid Tropics). Ceux-ci sont divisés en deux grands groupes à savoir :

Les variétés traditionnelles : Caractérisées par un cycle long (7 à 9 mois), une production échelonnée durant l’année (3 à 4 récoltes/ans) et s’associant bien aux autres cultures.

Les variétés améliorées :
L’on distinguera :

§  Les variétés à cycle courts : De nom ICPL 87091
§  Les variétés à cycle  moyen : Dont le nom est ICPL 6927. Il convient de noter que dans ce sous-groupe nous avons une variété (NPP670) dont le rendement peut atteindre 4.7 t/ha/an.
§  Les variétés à cycle long : Dont les plus connues par la recherche sont ICEAP 00020 et JAPX 95001.


4. ITINÉRAIRE TECHNIQUE POIS CAJAN


4.1 Obtention des semences


Elle peut se faire par sélection puis un bon triage de graines sur la récolte précédente ou être acheté auprès d’un producteur agrée. Une levée de dormance n’est pas nécessaire et suivant les densités choisies l’on aura besoin de 1.5 à 3 kg de semences.

4.2 Préparation de la parcelle


Elle se fera avant le début des pluies entre janvier et février et passe par :
  • Le défrichage, abattage et tronçonnage des arbres, 
  • Un labour léger peut être effectué pour améliorer sa croissance et  lutter contre les mauvaise herbes bien qu’un semis direct serait  très adapté et moins couteux,
  • Le piquetage de la parcelle suivant la densité choisie,
  • Application d'un engrais organique (fiente de poule, bourses de vaches, lisier de porcs…etc.) de fond si disponible.
La culture du pois cajan devra se faire sur les savanes et les vieilles jachères car possédants des propriétés de restaurations et de fertilisations des sols.

4.3 Plantation


En culture pure il est généralement planté à des écartements de 1m*1m ce qui donne une densité de 10.000 plants/ha. Mais pour une bonne croissance et une meilleure gestion de la parcelle il serait judicieux de choisir des écartements de 2m*1m avec pour densité 5000 plants/ha.

Suite à sa capacité principale à fixer l’azote dans le sol, il peut être associé à une large gamme de plante à savoir : bananier plantain, macabo, manioc, arachide, maïs, mil, haricot, tournesol…etc.

La densité de plantation pouvant ainsi varier que ce soit en culture pure ou associative ceci en fonction des objectifs visés. L’on sèmera une à deux graines par poquet avec un remplacement des manquants 14 jours plus tard.

4.4 Entretien


Le pois cajan étant une plante à croissance rapide elle résiste bien aux mauvaises herbes mais un bon sarclage a des bonnes périodes et suivant la croissance des adventices sera toujours nécessaire pour des meilleurs rendements.

En ce qui concerne la fertilisation, il n’en a généralement pas besoin sauf pour les cultures qui lui soient associées. Cependant une faible application de phosphore et potassium peuvent parfois être nécessaire bien que leurs rentabilités restent encore à être déterminées. Tout ceci se fera bien évidement sur la base des résultats issus des analyses du sol.


5. PROTECTION PHYTOSANITAIRE ET MALADIES


MALADIES
Nature de l’attaque
Symptômes et dégâts
Moyens de luttes



Mildiou
-Taches brunes circulaires sur les feuilles
-Semer a la bonne date pour éviter les récoltes pendant les périodes humides.
-Utiliser Mancozébe (Dithane M-45) en cas d’attaque

Cercosporiose causé par Mycovellosiella cajn ou Vellosia cajani)
-Apparition des lésions sur les tiges, pétioles et gousses
-Noircissement des feuilles
-Noircissement puis pourriture des gousses
-Semis a le bon periode
-utiliser mancozébe (Dithane M-45) en cas d’attaque importante

Fletrissement fusarien causé par Fusarium udum
-infecte les vaisseaux des racines et tiges
-dessechement progressif des plants
-Utiliser des cultivars résistants comme ICP 9145
-faire des bonnes rotations culturales.

RAVAGEURS

Borers des gousses causés par une chenille foreuses Helticoverpa armigera, Laspeyresia ptychora et Maruca testutalis




-Galeries présentent sur les gousses


-Traitement a un insecticides telque le Dimethoate (cyperdrim : 400g ma.a/ha)

Punaises suceuses : Nezara viridula et Clavigralla tomentosicolis

-Présence des taches sur les tiges et branches du a la piqure de ses insectes
- Traitement a un insecticides telque le Dimethoate (cyperdrim : 400g ma.a/ha)
Pucerons : Aphis cracivora
- Entraine un mauvais devellopement des feuilles suite à son action
-une des causes de la noirceur des gousses et feuilles attaquées par la cercosporiose.
-Traitement a un insecticides telque le Dimethoate (cyperdrim : 400g ma.a/ha)

6. RÉCOLTE ET CONSERVATION DU POIS CAJAN


En fonction de la variété semée, quelle soit annuelle ou pluriannuelles la récolte se fera lorsque 75% des gousses seront dorées et ceci de façon continue. La meilleure technique lors de processus étant un détachement des gousses matures une a une de la tige. Une fois récoltée les gousses seront séchées puis battues et vannées pour en recueillir les graines qui seront ensuite séchées et triées avant d’être conditionné dans des sacs et rangés dans un entrepôt sec et bien aérée.

Les rendements de pois cajan sont très variables  allant de 2500 kg à 9000 kg en culture pure et de 600 kg en culture associée.

1 commentaire:

Fourni par Blogger.