Billonnage sur sols sableux pour la lutte contre l’érosion éolienne

Au Cameroun, en Afrique et partout ailleurs, il existe des terres ou sols sableux qui nécessitent de bonnes pratiques culturales à l'instar du billonnage qui fera l'objet de cet article pour lutter contre l'érosion éolienne et aussi hydrique dans ces zones.

 "billonnage sur pente"

Conservation des sols/cultures pluviales

Objectifs

  • Diminution du risque d'enfouissement des plants par des dépôts éoliens. Lutte contre la dégradation des sols par érosion éolienne.
  • Réduction de la compacité du sol pour une meilleure croissance racinaire.

Description

Doit être effectué le plus rapidement possible après la première pluie supérieure à 15 mm.  La hauteur du billon doit être de 15 à 20 cm, construit de préférence mécaniquement avec une billonneuse car le billonnage manuel est relativement peu efficace et laborieux.

Le semis se fait sur le billon. Là où l'érosion éolienne domine sur l'érosion hydrique, les billons doivent être orientés nord-sud perpendiculairement aux vents de mousson dominants qui viennent en général de l'est.

Performances

Pour des années où le semis est suivi de forts vents de sable, la survie des poquets de mil peut être accrue de 15% en moyenne grâce au billonnage, par rapport au semis traditionnel à plat.
En présence d'érosion éolienne active, des accroissements de rendement de 60% ont été obtenus en station (moyenne sur 3 ans).

Par contre, en l'absence d'érosion éolienne, les rendements en grains de mil en station peuvent être accrus d'environ 10% en moyenne (moyenne sur 10 ans).

Domaine d'application

Pluviométrie 350-600 mm, sur sols sableux. Au-delà de 600 mm de pluviométrie, l'érosion éolienne devient relativement moins importante par rapport à l'érosion hydrique.

Limites d'application

Il faut disposer d'une unité de culture attelée.

Recommandations

Si l'érosion éolienne et l'érosion hydrique sont actives sur le même site, l'orientation des billons doit être faite en fonction des courbes de niveau et non pas des vents dominants.

Fertilisation organique (3-5 t/ha de fumier) et/ou minérale (30 kg de N et de P2O5) recommandée.
La protection et la conservation des sols

Aucun commentaire

Fourni par Blogger.