Évaluation des terres, une démarche incontournable pour une production agricole durable

L'évaluation des terres a pour objet de juger du comportement de la terre lorsqu'on l'utilise à certaines fins. Elle suppose l'exécution et l'interprétation d'études de base sur le climat, les sols, la végétation et ainsi de suite, en fonction des exigences de diverses utilisations. A toutes fins utiles de planification, il faut se borner à prendre en considération seuls les usages compatibles avec les caractéristiques physiques, économiques et sociales de la zone en question, en tenant compte également des facteurs économiques.

Évaluation des terres

Buts de l'évaluation des terres

Bien que l'évaluation des terres puisse porter sur leur comportement actuel dans certains cas, souvent néanmoins, elle s'occupe des modifications à l'utilisation et parfois à la terre elle-même, ainsi que de leurs effets.

L'évaluation prend en considération l'aspect économique des activités proposées, ainsi que leurs conséquences sociales pour la population de la zone et du pays en question et celles, bénéfiques ou nuisibles, pour l'environnement. Elle doit donc répondre aux questions suivantes:

  • Comment la terre est-elle aménagée et qu'adviendra-t-il si les techniques actuelles restent inchangées?
  • Quelles sont les améliorations que l'on pourrait apporter aux techniques actuelles d'aménagement des terres, tout en continuant à les utiliser de la même manière?
  • Quels autres modes d'utilisation sont physiquement possibles et économiquement et socialement compatibles?
  • Lesquels offrent des possibilités de production continue ou autres avantages?
  • Quels sont les effets nuisibles, du point de vue physique, économique et social, présentés par chaque mode d'utilisation?
  • Quels sont les inputs renouvelables nécessaires pour obtenir la production souhaitée et pallier le plus possible les effets nuisibles?
  • Quels sont les avantages présentés par chaque mode d'utilisation?

Lorsque l'introduction d'un nouveau type d'utilisation entraîne une modification profonde de la terre proprement dite» comme, par exemple, des projets d'irrigation, l'évaluation doit en outre répondre aux questions ci-après:

  • Quelles sont les modifications possibles et nécessaires que l'on peut apporter à la condition de la terre, et par quel moyen peut-on y parvenir?
  • Quels sont les inputs non renouvelables qu'exigent ces modifications?

Le processus d'évaluation n'entend pas déterminer les modifications qu'il faut apporter à tel ou tel mode d'utilisation, mais fournit plutôt des données permettant de prendre des décisions à ce sujet. Pour être efficaces dans ce rôle, en principe les résultats d'une évaluation prennent en considération plusieurs modes d'utilisation possibles pour chaque superficie de terre, et comprennent: des renseignements sur les conséquences bénéfiques et nuisibles de chacun d'entre eux.

Évaluation des terres et planification de leur utilisation

L'évaluation des terres ne constitue qu'une partie de la planification de leur utilisation. Son rôle précis varie selon les circonstances. Dans le présent contexte, le processus de planification de l'utilisation des terres se rapporte simplement à une série d'activités et de décisions d'ordre général, à savoir: 
  1. reconnaître la nécessité d'une modification;
  2. identifier les objectifs;
  3. formuler des propositions offrant plusieurs utilisations possibles et établir leurs principales exigences;
  4. identifier et délimiter les différents types de terres de la zone en question;
  5. comparer et évaluer chaque type de terre en fonction des différents modes d'utilisation;
  6. choisir le mode d'utilisation optimum pour chaque type de terre;
  7. établir un projet, ou procéder a toutes autres analyses détaillées d'une série de solutions de remplacement pour les diverses parties de la zone; Dans certains cas, ceci se fait sous forme d'étude de faisabilité.
  8. décider la mise en œuvre;
  9. mettre en œuvre;
  10. surveiller la mise en œuvre.

L'évaluation des terres joue un rôle majeur aux étapes 3) 4) et 5) susmentionnées et fournit des informations pour les activités ultérieures. Avant de procéder à l'évaluation des terres, il faut donc tout d'abord reconnaître la nécessité de modifier l'usage que l'on en fait; il peut s'agir de l'élaboration de nouveaux types d'utilisation productive, comme, par exemple, des projets de développement agricole ou de plantation de forêts, ou la fourniture de services, tels que la création de parcs nationaux ou de zones de loisirs.

Une fois cette nécessité reconnue, on procède à l'identification des objectifs visés et à la formulation de propositions générales et particulières. Le processus d'évaluation proprement dit met en jeu la description d'une gamme d'utilisations prometteuses, ainsi que l'évaluation de ces derniers en fonction de chaque type de terre identifié dans la zone en question. Ceci permet de recommander un ou plusieurs modes d'utilisation préférentiels. On peut alors se servir de ces recommandations pour décider des utilisations qui conviennent le mieux à chaque partie de la zone. Dans les étapes ultérieures, on les étudie généralement plus en détail, puis, s'il est décidé d'aller de l'avant, on met en œuvre le projet de mise en valeur, ou autre type de modification, et on contrôle les résultats.


Aucun commentaire

Fourni par Blogger.