Comment Produire le Riz de Manière Intensive: Système de Riziculture Intensive (SRI)

En Afrique et au Cameroun en particulier, la demande en riz sur le marché mondial ne cesse de progresser. Cependant, malgré la révolution verte, la production ne suit pas la demande. La riziculture irriguée est pratiquée par des millions de paysans à travers le monde. Cette riziculture repose sur une inondation pratiquement permanente des rizières, qui est source énorme de production de méthane. Le repiquage est tardif et avec des densités trop importantes de plants.

En raison de la pression démographique et souvent du manque de terre et d’eau, d’autres méthodes culturales doivent être utilisées pour améliorer les rendements rizicoles; Le Système de Riziculture Intensive (SRI)

Système de Riziculture Intensive


Le Système de Riziculture Intensive (ou SRI), mis au point à Madagascar en 1983 par le Père Henri de Laulanié, fait partie de ces méthodes culturales innovantes et qui permettent d’améliorer considérablement les rendements, et sans avoir besoin de recourir à l’achat d’intrants souvent onéreux et difficilement accessibles aux petits paysans.

A VOIR AUSSI:  Comment cultiver le céleri bio

La grande découverte est que le riz n’est pas une plante aquatique, mais qui doit se développer avec une gestion alternée de l’eau. Elle a également mis en avant que plus tôt le riz est repiqué, plus son pouvoir de tallage (apparition de tiges ou talles à partir du brin repiqué) augmente. Un brin peut donner jusqu’à 80 talles, et même plus. Sur une année, et en fonction des conditions pédo-climatiques ou édapho-climatiques, il est possible de cultiver jusqu’à 3 cycles de riz ainsi que des légumes en contre saison. Le compost introduit dans la rizière pour la culture des légumes profite aussi au riz.

Les grandes étapes du Système de riziculture intensive (SRI)

  • Les conditions à respecter afin d’obtenir de bons rendements sont les suivantes :
  • Le choix et le tri des semences
  • La pré germination des semences
  • La préparation de la pépinière sèche et le semis
  • Le repiquage espacé de plants de deux feuilles
  • L’aménagement de la rizière et la conduite de l’eau
  • L’entretien de la rizière
  • La récolte
  • La gestion de la fertilité du sol
  • Le choix et le tri des semences


Pour réaliser la pépinière, on choisit des semences de qualité : des semences améliorées ou plus simplement des semences récoltées lors de la précédente campagne.
Ensuite, On trie les bonnes graines des graines vides en plongeant nos semences dans l’eau et en éliminant les graines vides qui restent à la surface de l’eau.

La pré germination des semences 

La pré germination permet de gagner du temps au moment du semis. Pour réaliser une bonne pré germination, on place les semences dans un sac aéré (tissu ou sac en jute par exemple) qu’on plonge dans une rivière ou un seau rempli d’eau tiède (30°) durant 24 heures. Ensuite, on retire le sac de l’eau et on le mets dans un trou préchauffé (il doit être tiède) pendant 24 heures.

La préparation de la pépinière et le semis

Pour une rizière de 10 ares, il me faut préparer une pépinière sèche de 9 m² (3 planches de 1m x 3m), et prévoir environ 125 gr de semences pré germées par planche (total pour les 3 planches : 375 gr). On sème les graines sur des planches préétablis et riche en matière organique afin d’obtenir des plants robustes. Il est a noté qu’il faut arroser  abondamment la pépinière le matin et/ou le soir afin d’assurer l’approvisionnement en eau pour assurer une bonne croissance et un bon développement des plantules car nous tous nous le savons que l’importance agronomique de l’eau n’est plus à démontré.

Le repiquage

Le  repiquage en rizière se réalise lorsque les plants sont au stage  2 feuilles, c’est-à-dire environ 5 à 10 jours après le semis, en fonction des conditions pédo-climatiques.
Il est important de repiquer à deux feuilles et pas plus, car plus le plant grandit avant repiquage, moins il tallera, et moins la récolte sera productive.

Le  repiquage se fera en carré à l’aide d’un rayonneur ou d’une ficelle nouée pour permettre un bon tallage et un sarclage mécanique, en respectant un écartement de 25 x 25 cm au minimum (plus si la rizière est bien fertile).

Aucun commentaire

Fourni par Blogger.